AlsaceFrance

Mulhouse

Ville de l'automobile et de l'impression sur étoffes

«Schlumpf» – un simple mot qui fait battre les cœurs plus fort! Les ferus d’automobiles savent où se trouve la célèbre collection des frères Schlumpf. Pour eux la Cité de l’Automobile, situé dans la ville alsacienne de Mulhouse, est une destination de premier choix. Ici, entre le Rhin et les Vosges, sont exposées plus de 400 voitures de  luxe, dans ancienne filature de laine. Presque 100 marques d’automobiles, des voitures de collection et des classiques: Panhard, Peugeot, De Dion, Ferrari, Bugatti, Benz… Durant l’été, sur l’ « Autodrome » du musée et pendant le Festival Automobile, elles roulent au grand jour : un musée vivant !

La ville française de Mulhouse est située au cœur d’Upper Rhine Valley, à 25 km de la porte sud de la route des vins d’Alsace. Avant d’y goûter des vins exquis, il convient de visiter Mulhouse, l’El Dorado de la technique, de l’histoire industrielle et économique. Ici, on peut voir comment la richesse de l’Europe s’est construite, et comment on prépare un futur durable, écologique et en réseau.

Progrès et continuité

Les habitants de la ville, fortement imprégnés par le protestantisme et l’humanisme ont de tout temps vécu dans la créativité et l’autonomie. Cependant, ils ont conservé et pris soin de leur héritage historique. Pendant longtemps, la ville fut une république indépendante, et membre de la Confédération suisse.  Encore aujourd’hui, l’ancien hôtel de Ville, témoigne de cette indépendance : une somptueuse construction Renaissance du XVIème siècle, à l’intérieur de laquelle siégeaient les conseillers municipaux de la République de Mulhouse. Elle se trouve sur la Place de la Réunion, où le Temple St Étienne néogothique, le plus haut Temple de France, forme, avec d’autres bâtiments historiques, un ensemble empreint d’histoire.

Tout comme en Suisse, l’activité manufacturière s’est développée à Mulhouse de manière intensive. Au XVIIIème siècle, les entrepreneurs Koechlin, Dollfus et Schmalzer se lancent dans l’impression des étoffes de coton. C’est ainsi que les marchandises importées d’Inde et les étoffes françaises de soie et de laine dûrent faire face à une concurrence énorme. Toutes les femmes, en Europe, portaient des robes d’été provenant de Mulhouse ! Ces cotonnades se sont exportées jusqu’à l’Empire ottoman.

Les musées de l’impression sur étoffes du Papier Peint n’existent qu’à Mulhouse

Au Musée de l’Impression sur étoffes – le seul au monde –, l’exposition permanente montre d’anciennes planches à imprimer, d’anciennes machines ainsi que des motifs et des étoffes de la région et du monde entier. Les arts décoratifs, l’industrie, la technique, la mode, l’histoire sociale et locale, sont les thèmes qui structurent les très nombreuses pièces d’exposition. Des expositions temporaires, uniques en leur genre, comme récemment celle montrant pour la première fois les étoffes des révolutionnaires russes, ont lieu plusieurs fois dans l’année.

Du papier peint pour chaque maison – une idée révolutionnaire des industriels textiles. À Rixheim, le Musée du Papier Peint montre des motifs grandioses datant de trois siècles. Chaque visiteur repart avec l’envie de changer la décoration de son appartement – que ce soit dans le style Art Nouveau ou avec des palmiers, des levers de soleil, des panoramas de mers du Sud, ou encore dans un décor élégant de la noblesse française.

Ville ouvrière – ville vitrine

La construction du chemin de fer, les entreprises chimiques et la construction mécanique ont accéléré l’industrialisation et la croissance démographique. Mulhouse devint rapidement le Manchester francais. La ville ne s’est pas agrandie uniquement autour des villas aux colonnes blanches, comme les fournisseurs de coton en possédaient en Louisiane. Des maisons mitoyennes, semblables à celles de Manchester, furent construites, et la bourgeoisie économique, consciente de ses responsabilités, fit aménager des cités ouvrières avec lumière, jardins et cours communes. En 1853, la Cité ouvrière fut créée pour 1 200 familles – aujourd’hui, un lieu incontournable pour le flâneur urbain. Tout comme La Fonderie, au cœur de la ville, bâtie en 1823 pour la construction de locomotives à vapeur, puis agrandie pour accueillir des métiers à tisser mécaniques et des presses. Elle a été réhabilitée en centre d’art contemporain et en université. En 1962, Peugeot avait débuté sa production à Mulhouse. En 2004, un quartier moderne de logements sociaux fut créé à côté de la Cité ouvrière avec la contribution d’architectes de renom comme Jean Nouvel.

Grâce à la diversité des cultures de sa population, la ville de Mulhouse accueille chaque semaine d’un grand marché  – le plus grand du Nord-Est de la France. On y trouve, à côté des spécialités régionales, des produits du monde entier (Sud de l’Europe, Asie et Afrique du Nord).

Résolument durable – résolument européenne

Avec son précieux ensemble de bâtiments historiques bien conservés, avec ses collections d’art, ses quartiers historiques – comme le Quartier de la Bourse, le Nouveau Quartier – avec ses musées techniques (chemin de fer, automobile, impression sur étoffes, papier peint, électricité), ses immenses parcs qui abritent des essences rares, ses vélos de location la ville de Mulhouse s’est engagée avec brio dans l’ère de la durabilité. Mulhouse sait, dans les coopérations transfrontalières, tirer parti de sa situation géographique frontalière. Ainsi, il existe un conseil municipal commun Freiburg-Mulhouse et le train REGIO met en réseau l’Upper Rhine Valley. De plus, les trains à grande vitesse relient Mulhouse aux grandes villes européennes. Et Mulhouse se partage, avec Bâle et Freiburg, un grand aéroport international : l‘ Euro-Airport Basel-Mulhouse-Freiburg.